Illustration
image

SYNTHÈSE DES ENJEUX DE L’EAU – GESTION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Compte rendu

 

Présentation du thème

Dans le bassin Artois Picardie, l’eau souterraine constitue une ressource essentielle et indispensable : 96 % des eaux potables distribuées sont d’origine souterraine, c’est dire l’importance des eaux souterraines comme ressource en eau pour tous les usagers. Les nappes exploitées pour l’alimentation en eau potable représentent environ 85 % de la surface du bassin, soit 17 000 km² (essentiellement nappe de la craie et nappe du calcaire carbonifère). Le volume total exploité pour l’eau potable représente plus de 300 millions de m3 (2012).

Par ailleurs, le transfert des polluants vers les nappes d’eau souterraine peut prendre plusieurs années. La qualité actuelle des eaux souterraines porte ainsi l’empreinte du lourd passé industriel de la région et des pratiques d’après-guerre d’agriculture intensive. La protection des captages d’eau potable doit être une priorité pour tous les acteurs publics et toutes les activités présentes dans les aires d’alimentation de captage. Les « captages prioritaires » restent soumis à des pressions très importantes après 12 ans de politique publique et la qualité de l’eau continue de se dégrader.

Seules 18 des « masses d’eau » de surface (cours d’eau, plans d’eau, eaux côtières…) sur les 80 qui quadrillent notre bassin sont en « bon état écologique », soit 22 %, quand la moyenne nationale est à plus de 40 %. Pour Artois-Picardie, l’objectif est d’arriver à 50 % en 2027.

 

Enfin, les enjeux sont à replacer dans la perspective du changement climatique, qui va impacter de façon radicale les masses d’eau, d’un point de vue quantitatif et qualitatif.

 

Cette dernière conférence territoriale a pour objectif de faire la synthèse des enjeux majeurs du bassin Artois-Picardie :

  • Atteinte de 50 % de bon état des masses d’eau à l’horizon 2027
  • Gestion quantitative équilibrée de la ressource en eau entre une demande toujours croissante (villes, industrie, agriculture) et une réduction de la ressource disponible (Changement climatique)

Téléchargez le compte-rendu de la conférence-débat